GOOGLE veut rediriger les extrémistes « pro-Daesh » vers des sites anti-radicalisation

Toutes les armes n’ont pas de déclencheur, et cela ne les rend pas moins efficace. Non, je ne parle pas d’armes ou de bombes, mais plutôt sur ​​la nouvelle stratégie de Google qui compte utiliser son système de publicité très ciblées dans la lutte contre l’EI. Plus tôt, la semaine dernière, Anthony House, le gestionnaire principal de la politique et de la communication publique chez Google, a révélé des plans pour montrer les liens de lutte contre la radicalisation en réponse aux recherches liées au terrorisme. Le plan a été présenté devant un comité du parlement britannique dédiée à la lutte contre le terrorisme.

googleevil

Le programme est encore dans sa phase pilote, mais House a l’espoir que ce nouveau dispositif peut devenir un outil intelligent qui protège la liberté de l’Internet tout en protégeant les moyens de subsistance des citoyens du monde.

« Nous devons éliminer le mauvais contenu, mais c’est également très important d’offrir une bonne information. Quand des personnes qui se sentiraient isolées se connectent, elles doivent y trouver une communauté basée sur l’espoir et non sur la haine », a ainsi commenté Anthony House.

L’idée du géant de l’Internet est de fournir une sorte de récit alternatif à ceux qui recherchent des informations sur l’extrémisme.

Dans une déclaration , un porte-parole de Google a expliqué en outre que ce qui a été référencé dans le programme pilote de Google Grants AdWords, est de se charger de faire apparaître des liens d’une poignée d’organisations sans but lucratif avec qui travaillera Google. Le programme permet aux ONG de placer des annonces contre la radicalisation contre les requêtes de recherche de leur choix.

En plus des annonces de contre-terrorisme, Google fait aussi en sorte que sa filiale YouTube fait des vidéos anti-extrémisme plus détectable, aidant davantage les efforts globaux contre l’EI et des groupes similaires.

youtubecensored

Le mouvement vient au milieu d’un débat sur le rôle et la responsabilité que les groupes de médias sociaux devraient accepter pour répondre à la prolifération de l’extrémisme. L’EI est connu pour tirer parti des sites comme Twitter et Facebook à des fins à la fois de recrutement et de propagande, et un récent procès contre Twitter suggéré que l’EI a  atteint son niveau actuel d’influence avec l’aide (bien involontaire) de la plate-forme de médias sociaux.

Alors que les annonces Google ne peuvent pas être une solution globale, il est certainement un pas dans la bonne direction en ce qui concerne l’aide de la technologie pour combattre les méchants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s